• Zenés Flash Képeim

    1.  

       

        

     

     

     

       

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

     


  • Comments

    1
    Maszat Maszat profile
    Wednesday 1st May 2013 at 15:04

    Kedves Zsó barátnőm!

    Nagyon tetszik az új stílus!!!

    2
    Maszat Maszat profile
    Thursday 2nd May 2013 at 21:06

    Szia Anyuka üdvözöllek sokszor.

    Szép estét kívánok számodra.

    3
    missdior missdior profile
    Saturday 18th May 2013 at 21:45

    Juillet

    Depuis les feux de l'aube aux feux du crépuscule,
    Le soleil verse à flots ses torrides rayons ;
    On voit pencher la fleur et jaunir les sillons
    Voici les jours poudreux de l'âpre canicule.

    Le chant des nids a fait place au chant des grillons ;
    Un fluide énervant autour de nous circule ;
    La nature, qui vit dans chaque animalcule,
    Fait frissonner d'émoi tout ce que nous voyons.

    Mais quand le boeuf qui broute à l'ombre des grands chênes
    Se tourne haletant vers les sources prochaines,
    Quel est donc, dites-vous, ce groupe échevelé

    Qui frappe les échos de ses chansons rieuses ?
    Hélas ! c'est la saison des vacances joyeuses...
    Comme il est loin de nous ce beau temps envolé !

    Louis-Honoré FRÉCHETTE

    4
    missdior missdior profile
    Wednesday 31st July 2013 at 23:59

    Conseil

    Eh bien ! mêle ta vie à la verte forêt !
    Escalade la roche aux nobles altitudes.
    Respire, et libre enfin des vieilles servitudes,
    Fuis les regrets amers que ton coeur savourait.

    Dès l'heure éblouissante où le matin paraît,
    Marche au hasard ; gravis les sentiers les plus rudes.
    Va devant toi, baisé par l'air des solitudes,
    Comme une biche en pleurs qu'on effaroucherait.

    Cueille la fleur agreste au bord du précipice.
    Regarde l'antre affreux que le lierre tapisse
    Et le vol des oiseaux dans les chênes touffus.

    Marche et prête l'oreille en tes sauvages courses ;
    Car tout le bois frémit, plein de rhythmes confus,
    Et la Muse aux beaux yeux chante dans l'eau des sources.

    Théodore de Banville (1823 - 1891)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Add comment

    Name / User name:

    E-mail (optional):

    Website (optional):

    Comment: